top of page

Saut quantique

Dernière mise à jour : 21 mai 2022

Où l'importance de se projeter.


Ce n'est pas l'un ou l'autre, le bonheur, c'est l'un et l'autre, le feu yang de l'action, se projeter (la conscience d'être éphémère), et l'eau yin de la passivité, être présent et profiter (la conscience d'être éternel). C'est faire et être - laisser le temps au temps. Être content de ce que l'on a, oui c'est se contenter - c'est important, mais juste se contenter de ce que l'on a cela n'est pas pérenne. Il faut continuer à rêver, projeter des rêves futurs pour que le futur se moule aux rêves passés. Le yin c'est la passivité, l'illusion du bonheur dans l'instant présent éternellement renouvelé, mais un yin sans yang cela n'a aucun sens. Un yang sens yin cela n'a aucun sens non plus car cela n'a aucun sens de passer sa vie à se battre sans jamais s'autoriser le repos. Bref, ce texte de Kersauson n'est pas complet, il est trop yin et pas assez yang.


« Le jour où je vais disparaître, j'aurai été poli avec la vie car je l'aurai bien aimée et beaucoup respectée. Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c'est bien, mais l'exaltation du présent, c'est une façon de se tenir, un devoir. Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l'on voudrait avoir, on ne s'émerveille plus de ce que l'on a. On se plaint de ce que l'on voudrait avoir. Drôle de mentalité! Se contenter, ce n'est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l'on a, c'est un savoir vivre. » Olivier de Kersauson



Le saut quantique c'est me donner l'impression que C'EST DÉJÀ LÀ pour faire arriver le futur que je souhaite avant qu'il ne me parvienne dans le temps linéaire. C'est en me projetant dans le futur exactement de la manière dont je souhaite que le future me parvienne, qu'il me parvient exactement de la manière dont je l'avais projeté.



La philosophie bouddhiste enseigne que le bonheur est déjà là, qu'il faut uniquement se contenter du bonheur dans l'instant présent, que se souvenir de son passé ou se projeter dans l'avenir est source de souffrance. Oui le bonheur est déjà-là dans l'instant présent mais se contenter uniquement du bonheur de l'instant présent et ne pas se projeter dans le bonheur de l'instant futur, n'est pas pérenne. Les techniques artificielles enseignées par la méditation, figent dans l'instant présent éternellement renouvelé. Alors que le bonheur c'est à la fois se contenter du bonheur de l'instant présent et à la fois ressentir dans l'instant présent le bonheur que l'on souhaite faire arriver. Effectivement le pouvoir de l'instant présent est puissant, mais pas pour les raisons que la philosophie bouddhiste avance, au contraire, l'instant présent est puissant par son pouvoir de création du futur. Non les attentes ne sont pas source de frustrations, les attentes sont source de création. C'est tout ce qui nous empêche de nous projeter dans le bonheur qui est source de frustration. Toutes les pensées limitantes et culpabilisantes. Le dialogue intérieur destructeur.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


Post: Blog2_Post
bottom of page