top of page

MOINS PAR MOINS


Je pourrai dire que j'ai tout essayé pour faire transmuter mon yin spécifique, au nom de l'amour inconditionnel. D'où vient cet amour sans condition ? De mon point de vue, je suis forcée d'aimer un être détestable. Je suis forcée par un phénomène énergétique qui consiste à magnétiser à distance et par le canal de la pensée, le flux d'amour inconditionnel que je génère pour moi en priorité. Je n'ai pas choisi d'aimer mon yin spécifique, je suis soumise à cette emprise magnétique contre mon gré. Le phénomène énergétique se manifeste sous forme de pensées incessantes. Depuis la reconnexion énergétique fin octobre 2019, je suis condamnée à penser à mon yin spécifique chaque seconde, chaque pas, chaque respiration, chaque battement de coeur, de l'instant où je me réveille jusqu'à l'instant où je m'endors. Deux options s'offrent à moi : soit je fais tout mon possible pour faire transmuter mon yin spécifique, soit je fais tout mon possible pour le sortir de mon esprit. Avant de faire ma programmation yin (je suis aimée de mon yin spécifique dans sa version transmutée yang), j'ai essayé pendant plusieurs mois la cure miracle de Kurt. Cette cure consiste à méditer pour arrêter de penser. Cet entrainement artificiel me demande beaucoup d'efforts et dès que je fais une pause, les pensées resurgissent de plus belle. Depuis le début de ce parcours sacerdotale, on nous apprend à aimer le yin spécifique, on nous apprend à tout lui pardonner, on nous apprend que c'est un pauvre petit malheureux qui n'est pas responsable de son ignorance, de son inconscience et de son déni. On nous apprend à être aligné avec ce phénomène énergétique qui nous arrache de l'amour inconditionnel sous l'emprise d'un pouvoir magnétique incontrôlable, irréversible, inarrêtable et définitif. On nous apprend à décorer notre prison énergétique, on nous apprend à l'idéaliser et à se sentir privilégié. Je viens encore d'écrire un article qui propose la cure de l'amour inconditionnel pour neutraliser le mode de survie narcissique de mon yin spécifique. Je motive mon investissement journalier par l'idée que l'on abandonne pas un dépendant tant que l'on n'a pas fait de lui un autonome. Est-ce qu'il faut montrer l'exemple de l'autonomie pour l'enseigner ou faut-il priver le yin spécifique de ma ressource énergétique pour le motiver à la générer pour lui en priorité? Est-ce possible de le priver ? Est-ce possible de neutraliser le pouvoir magnétique de sa polarité yin inné ? Je ne peux pas m'empêcher de nourrir le profond désir d'être simplement délivrée de ces pensées incessantes. Ce serait la solution magique. Je rêve de cette délivrance sans aucune culpabilité. J'abandonnerais mon yin spécifique de manière totalement légitime et naturelle. J'ai tout essayé pour le faire transmuter, j'ai tout essayé pour arrêter d'y penser. Mais est-ce que j'ai déjà essayé de le détester de manière constante et persistante ? Normalement, c'est facile de détester un yin spécifique, j'ai toutes les bonnes raisons de la haïr viscéralement. Pourquoi la raison ne l'emporte pas ? Ma raison est ma seule amie, c'est elle qui m'aide à trouver des solutions pour me délivrer de la prison de l'injustice. Pourquoi les solutions que me propose ma raison ne marchent-elles pas ? Pourquoi l'amour ne gagne pas dans cette bataille contre le mal ? Pourquoi le positif ne transforme-t-il pas le négatif en positif ? Pourquoi les mathématiques nous enseignent que moins par moins égal plus ?

Je résume l'évolution à une division de l'unité bipolaire en deux et la pérennité de l'évolution à une multiplication par x. Voyons voir si cette règle mathématiques peut résoudre l'injustice énergétique ? Je vais donc essayer d'appliquer cette nouvelle idée, celle de traiter le mal par le mal. Je vais m'entrainer à détester mon yin spécifique comme il est bien légitime et tout naturel de le faire. On nous apprend que les pensées négatives que nous nourrissons en nous sont comme un poison qui nous détruit de l'intérieur, pourtant certains venins semblent être utilisés pour fabriquer certains médicaments. Je vais considérer ces pensées négatives comme une manière de positiver le mal. Je vais m'entrainer à détester mon yin spécifique dans mon monologue intérieur et remplacer chaque pensée d'amour inconditionnel par une pensée de haine légitime.

 

Espèce de sale opportuniste, arriviste, hypocrite, superficiel.

Mégalo, narcissique, orgueilleux.

Menteur, manipulateur, tricheur, malhonnête.

Lâche, inconscient, irresponsable, immature.

Simple et faible d'esprit.

Que tout ton univers s'effondre, que tu perdes tout.

Impuissant.

Énergivore, assassin énergétique, dépendant affectif.

Que la vie t'abandonne, que les échecs et les erreurs te submergent de regret, de honte et de culpabilité, que tu sois rongé de l'intérieur par ton misérabilisme.

Que ton sang se givre.

Obsédé sexuel.

Que tous les corps de femmes te dégoutent et te répulsent.

Que la frustration convulse ton membre et le ramollisse.

Que le corps squelettique de tes fausses FJ te dégoute, que le corps massif et chevalin de ton ex te répulse.

Que tu te regardes dans le miroir et que tu te trouves misérable, laid, affreux, hideux.

Que tu pleures sur ta bêtise, que la douleur d'avoir perdu ta femme te submerge de désespoir.

Pleure pleure pleure gamin, pauvre petit misérable, pleure sur ta bêtise.

Que tous les personnages fantasmagoriques qui t'habitent te hantent comme des fantômes qui te tiennent enchainé dans ta prison psychique et délire sur toutes les facettes de ta personnalité qui se moquent de ta naïveté impardonnable et te ridiculisent en te pointant du doigt, morfonds-toi recroquevillé sur toi-même au sol comme de la vermine.

Que plus rien ne t'amuse, que tu sois perdu dans un vide chaotique éternel, que tes rêves s'évaporent et qu'ils s'éloignent de toi à perte de vue, que tu ne puisses plus atteindre la joie, que le sombre te recouvre de la tête au pied, que tu t'étouffes de regrets, que tu vomisses sur toi-même, que tes tripes se tortillent d'une douleur brûlante, que ton paysage se noircisse, que les vautours te tournent autour, que le serpent t'étrangle, que les vers te rongent de l'intérieur, qu'ils ressortent par ton nez.

Vas brûler en enfer connard et dégage de ma tête.

Je te condamne à ne jamais connaitre la joie d'aimer.

Tu n'existes plus pour moi.

Que tu erres seul au monde.

Je n'ai aucune pitié pour toi.

Ta souffrance ne m'affecte pas.

Plus rien ne peut te consoler.

Je te hais de manière viscérale et ta souffrance me régale.

Tu croyais pouvoir défier la Source, tu te croyais plus malin que le destin et tu n'as pas eu la volonté de te surpasser et de te transcender, tu es passé à côté de ta chance unique et maintenant c'est trop tard.

Tu hurles à la mort, tu cries mais aucun son ne sort de ta bouche, tu appelles à l'aide "sauvez-moi", mais personne ne t'entend, personne ne vient.

Tu supplies à genoux, tu rampes, tu implores le pardon mais tu n'inspires que l'indifférence.

C'est la justice qui te condamne, tu n'as que ce que tu mérites.

C'est ma prière du soir et du matin.

C'est ma délivrance.

Je ne fais aucun mal, je te raconte tout le mal que tu te fais à toi-même, je suis l'innocence incarnée.

Plus rien ne me force à t'aimer, je romps le mauvais sort énergétique.

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page