top of page

INTRICATION

Je viens de recevoir un lien vers un article intitulé :



Cela me replonge forcément dans le souvenir de ces expériences énergétiques incompréhensibles. Intrication cantique, c'est la combinaison de termes que j'avais intuitivement choisie pour définir l'indescriptible. Je pense que j'ai une définition personnelle du mot intrication. Pour moi une intrication cantique, c'est le nom que je donne à l'expérience énergétique que j'ai vécue. J'ai fait énormément de recherche avec ces deux mots clés associés, sans jamais rien trouver d'intéressant pour faire évoluer ma réflexion. Je cherchais une explication scientifique pour comprendre ce qu'il m'était arrivé. J'ai tout imaginé au sujet de ces expériences énergétiques, sans jamais pouvoir m'approprier aucune croyance. J'ai imaginé que c'était la partie énergétique de mon yin spécifique qui me traversait, puis en lisant le blog de la GDN j'ai imaginé que c'était la partie énergétique de mon yin spécifique qui me pénétrait sans mon consentement, donc j'ai imaginé un viol énergétique, j'ai imaginé que c'était ma partie yin cosmique qui fusionnait avec ma partie yang terrestre. Enfin tout et n'importe quoi. Je suis toujours dans l'ignorance et j'ai abandonné depuis lors mes recherches.


Quand j'ai vécu ces expériences énergétiques, j'étais soit en train de me reposer la journée soit en train de dormir profondément la nuit, mais c'était toujours en présence imaginaire de mon yin spécifique, il est forcément lié à ces phénomènes énergétiques.

  • La première fois (23/02/2020) j'ai appelé ça "expérience extrasensorielle". J'ai tenu dans ma main de la matière solide inexistante.

  • La deuxième fois (04/08/2020) j'ai appelé ça "intrication quantique". C'est une expérience très violente, un réveil brutal. Je me suis sentie traversée par de la matière solide. C'est comme une électrocution avec un bruit métallique de type larsen qui explose les tympans. J'ai vu des étincelles sous mes paupières. Le phénomène est assez douloureux mais cela ne dure que deux trois secondes.

  • La troisième fois (11/01/2021), j'ai refusé d'être traversée et j'ai stoppé le phénomène avant l'intrication. J'ai envoyé mon yin spécifique au fin fond du cosmos par le pouvoir de ma pensée et c'est moi qui me suis retrouvée propulsée instantanément au fin fond du cosmos et j'ai vécu un véritable voyage spatial à grande vitesse mais très court - 3 ou 4 secondes.

  • La quatrième fois (25/10/2021), dans un premier temps, j'ai subi un choc vibratoire aux tympans, j'ai été brutalisée par un bruit strident qui ressemble un peu à un Larsen. Cette fois, j'ai eu l'impression que la secousse du choc électrique venait de l'intérieur et j'ai reçu 3 secousses. J'étais consciente mais je n'étais pas totalement réveillée. Je n'étais pas en mesure de faire de la résistance, je n'ai pas essayé non plus. Je me suis vue assise sur le lit de mon jumeau, il était assis à coté de moi et il me disait "TOUT EST BIEN". J'ai senti un élan d'amour immense et j'étais complètement rassurée et sereine au moment du réveil. J'ai essayé de me rendormir mais impossible.

J'écris maintenant pour laisser une trace de cet article publié le 21/08/2023 sur le site phys.org et pour montrer l'image de la reconstruction holographique d’état biphotonique.


Un article connexe commente : "Oh, avant de vous enthousiasmer pour les images yin-yang publiées par les chercheurs, c'est la forme qu'ils ont choisie pour le faisceau de pompe à photons ; ce n'est pas comme « une preuve empirique du concept chinois de forces opposées mais interconnectées émergeant dans la physique des particules » ou quoi que ce soit.

 

J'ai utilisé le symbole taoïste pour représenter l'unité bipolaire avant la séparation originelle, avec d'un côté le système de croyances yin qui contient les prémices du système de croyances yang et de l'autre côté le système de croyances yang qui contient les prémices du système de croyances yin. Nous faisons circuler le flux différemment en fonction de nos croyances. Le flux est l'aliment vital pour nourrir l'esprit. Le flux, c'est ce que tout le monde appelle l'amour. Dans la matrice falsifiée, nous sommes en absence de flux, donc pour survivre, l'humanité a inventé des subterfuges mentaux pour remplacer l'absence de flux généré et magnétisé. Le flux circule sur le canal de la pensée. Le flux circule sur deux fréquences énergétiques qui fusionnent en une seule fréquence quand on est bipolaire. On est bipolaire grâce à l'interaction avec la polarité complémentaire, mais on ne sait pas être en complétude (rempli de flux) de manière stable harmonieuse et durable à soi tout seul. Pour expérimenter la complétude permanente, il faut être à la fois bipolaire et à la fois sous la protection de la bulle énergétique du couple. La croyance est une fréquence. En modifiant la croyance, on modifie la fréquence. La fréquence est ultra précise et peut être perdue en falsifiant la croyance. Le yin peut modifier la fréquence et la quantité / l'intensité du flux qu'il magnétise grâce au disjoncteur. La polarité yang génère le flux quand elle est stimulée par l'appel magnétique de la polarité yin (+ magnétisme de la pleine lune) mais la polarité yin ne serait pas magnétique sans le flux généré par le yang. C'est à dire qu'en absence de flux généré, le yin se démagnétise. La protection de la bulle énergétique du couple constitué de deux unités bipolaires, rend la dynamique de circulation du flux imperturbable. La seule manière d'être en complétude de manière stable et permanent, c'est d'être en couple.


Je me pose beaucoup de questions sur la manière de m'y prendre pour motiver mon yin spécifique à transmuter yang. J'estime que nous transmutons dans la polarité complémentaire grâce au processus d'identification à un modèle parental conforme durant notre enfance. N'ayant pas eu se modèle parental conforme durant notre enfance, c'est moi, en tant que partenaire énergétique qui doit jouer ce rôle à la place du parent défaillant. J'estime que nous avons besoin d'un modèle exemplaire à imiter pour développer le système de croyances complémentaire. De mon point de vue, le phénomène d'intrication quantique qui consiste à provoquer le changement d'une partie en modifiant à distance l'autre partie intriquée est une modification de la fréquence. Je ne pense pas que nous puissions développer une polarité chez l'autre, en modifiant la fréquence sur laquelle nous faisons circuler le flux. C'est la polarité développée qui modifie la fréquence et la manière dont circule le flux, je ne pense pas que ce soit l'inverse. J'ai longtemps cru qu'en développant mon système de croyances yin pour développer ma polarité yin, j'allais devenir magnétique et stimuler à distance mon yin spécifique à générer du flux. Mais comment pourrait-il générer du flux sans avoir développé au préalable sa polarité yang ? Comment mon yin spécifique pourrait-il généré du flux sans avoir au préalable développé son système de croyances yang ? Comment pourrais-je agir à distance par le canal de la pensée sur le développement d'une polarité chez l'autre ? De mon point de vue, je peux seulement agir à distance sur la manière dont circule le flux en modifiant la fréquence de ma croyance. Je sais que le yin et le yang spécifiques ne font qu'un à l'origine et qu'ils restent intriqués après la séparation originelle. Est-ce que le phénomène d'intrication peut remplacer le processus d'identification pour provoquer à distance le développement de la polarité complémentaire chez l'autre, je l'ignore. Cette question d'intrication quantique me suit tout au long de mon parcours et me revient maintenant, probablement pour faire évoluer ma réflexion sur la question et ajuster la manière de m'y prendre pour motiver mon yin spécifique à transmuter et le stimuler à générer une fois qu'il aura transmuté.



 

En mécanique quantique, l'intrication quantique, ou enchevêtrement quantique, est un phénomène dans lequel deux particules (ou groupes de particules) forment un système lié, et présentent des états quantiques dépendant l'un de l'autre quelle que soit la distance qui les sépare. Un tel état est dit « intriqué » ou « enchevêtré », parce qu'il existe des corrélations entre les propriétés physiques observées de ces particules distinctes. En effet, le théorème de Bell démontre que l'intrication donne lieu à des actions non locales. Ainsi, deux objets intriqués O1 et O2 ne sont pas indépendants même séparés par une grande distance, et il faut considérer {O1+O2} comme un système unique.

 

Intrication

nom féminin (du latin intricare, embrouiller)

  • État de ce qui est emmêlé, de choses qui s'enchevêtrent.

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page